Lettre à mon moi futur

Hello hello!


Je te propose de découvrir aujourd'hui un article très personnel inspiré depuis peu par une rencontre.


J’ai retrouvé il y a peu de temps un vieil ami que je n’avais plus revu depuis vingt ans très exactement. Passé la surprise et les joies des retrouvailles, nous nous sommes retrouvés à évoquer le passé.

Mais voilà qu’à travers son récit j’ai été choquée de me découvrir. J’ai réalisé quelle jeune fille fragile et désemparée j’avais été alors. Cet ami revenu d’un passé lointain avait connaissance de qui avait été pour moi une toute autre vie que celle que je connaissais à présent. J’avais déménagé depuis et tous ces souvenirs enfouis semblaient appartenir à une dimension étrangère.


J’ai été déstabilisée par le chemin que j’avais me parcouru depuis lors. Et l’évocation de cette vie si lointaine qu’elle semblait devenue irréelle, rêvée ou même inventée, me donna le vertige. Je pense que j’en resterai ébranlée pour un long moment.

Je me suis demandée quel regard la jeune fille fragile si désemparée, si peu apte à affronter la vie que j’étais, percevrait la femme que je suis devenue si elle pouvait la rencontrer.

2002

Lettre à moi moi futur


Parce qu’aujourd’hui je suis toute petite, parce que j’ai peur et que je vis tapie dans l’ignorance de ce que seront mes rêves de demain, je veux te dédier ce message.

Moi, c’est la jeune fille timide et réservée que tu a été. L’enfant aux apparences de femme qui pleure seule dans la nuit, qui me sens si enfermée dans le carcan de ma croissance, le papillon désormais trop serré dans sa chrysalide qui n’ose pas rêver.

J’aimerais sortir de ce moule trop serré dans lequel j’ai grandi, m’aligner avec mes envies profondes et m’éloigner des injonctions de mon milieu. Mais voici que je suis enfermée dans un brouillard qui m’empêche de distinguer un chemin que j’arrive seulement parfois à imaginer… Je me sens si impuissante.

Je t’observe depuis mon temps. Je te regarde et n’en finis pas d’être étonnée par tout ce que tu as accompli. Laisse-moi te dire combien je suis impressionnée devant tous les combats que tu as menés. Tu penses que rien parfait, que tu n’es que médiocre et que tu aurais pu mieux réussir. Tu aurais pu être une meilleure personne, une femme plus solide, une mère plus digne. Mais sache que moi je t’admire.

J’admire la façon dont tu as quitté le sentier qui t’était indiqué par tes parents pour bâtir ton propre chemin. J’admire le courage que tu as du rassembler pour apprendre à abandonner certaines de tes guerres en affrontant par là même, ceux qui prétendaient être tes alliés.

Je n’en finis pas de m’extasier devant les batailles que tu as conduites pour donner la vie. Je sanglote de tes défaites et loue la manière avec laquelle tu as rassemblé tes dernières forces pour remonter au front alors que tout ton être était effondré.


Aujourd’hui encore, je t’observe de mon antre insouciante et pourtant si apeurée. Je vois combien les années t’ont abîmée. Et pourtant, je ne peux qu’admirer ton courage. Tu me vois émerveillée de la pugnacité avec laquelle tu combats tous les jours pour conserver ta fierté et assurer un futur serein à tes enfants.


Aujourd’hui tu as gagné ta liberté. Tu as assumé qui tu es et tu n’as attendu l’accord de personne pour prendre tes propres décisions. Ce que tu vois comme tes échecs sont les montagnes que je n’ose pas encore commencer à gravir.

Vingt ans nous séparent. Moi, je « suis » dans ton passé. Mais toi, tu as su « devenir » pour nous deux. Alors quand tu doutes de la direction à emprunter, regarde en arrière et apprécie tout le chemin que tu as déjà parcouru.

Merci.


Donne-toi de la valeur à ton tour.

Partage cet article et dis-nous ce que ton "toi" d'avant dirait à ton "toi" d'aujourd'hui.

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout